Elevages Tendances Dilepix

L'UE autorise les protéines d'insectes pour les volailles et les porcs

Photo de
Aurelie Busnel 2 novembre 2021

L'info n'a pas échappé aux producteurs d'insectes : La Commission européenne autorise l'utilisation des protéines transformées d'insectes (PAP pour "Processed animal protéines") dans l'alimentation des volailles et des porcs.

Pour ce marché en plein développement, c'est une très (très) bonne nouvelle ! ðŸ˜€

Dans un récent communiqué publié par l'IPIFF (The International Platform of Insects for Food and Feed) l'organisation salue cette décision qui devrait permettre "d'accélérer l'expansion économique de notre secteur et de répondre aux besoins d'approvisionnement en aliments pour animaux et aux défis de durabilité auxquels sont confrontés nos partenaires de la chaîne alimentaire".

Publiée fin août et entrée en vigueur fin septembre 2021, cette autorisation aura pour conséquence d'accélérer significativement la demande en protéines d'insectes.

Si c'est une bonne nouvelle pour l'entomoculture, qu'en est-il des producteurs de volailles et porcs ? 

Les filières avicoles et porcines sont-elles prêtes à introduire des insectes dans la ration des poulets et des porcs ?

Les protéines d'insectes sont-elles vraiment une alternative fiable aux protéines végétales ?

C'est ce que nous allons voir dans l'article qui suit ðŸ§

 

 

#1 Quelles opportunités pour les producteurs de protéines d'insectes ?

 

Dilepix-tenebrio-molitor-insect-proteins

 

 

L'Europe est le 3e producteur mondial de volaille avec plus de 50 millions de tonnes de viande produite par an (source "AVEC : Association of Poultry Processors and Poultry Trade in the EU Countries").

Avec l'autorisation de recourir aux farines d'insectes dans l'alimentation des poulets, de nouveaux marchés s'ouvrent pour les entomoculteurs, en fournissant des matières riches en protéines particulièrement adaptées aux régimes alimentaires des monogastriques (porcs et volailles).

Mais pour cela, la filière élevage d'insectes doit répondre à certains enjeux :

 

 

1. Réduire l'impact environnemental

 

La filière volaille européenne recherche des solutions alternatives pour réduire son empreinte carbone et s'émanciper du soja trop associé à la déforestation et dont l'impact environnemental est contesté. 

 

L'intérêt des fermes verticales

Contrairement au soja, l'impact environnemental lié à la production de farine d'insectes est quasi neutre.

La raison ?

Cette production nécessite peu d’espace. Les fermes verticales garantissent de produire des gros volumes dans un espace réduit.

 

Recyclage et transformation des co-produits

L'autre avantage de cette production est sa capacité à recycler, transformer et valoriser les co-produits issus de l'agriculture (ex. épluchures de fruits et de légumes...).

 

Dilepix-chain-insect-proteins

 

Ces co-produits peuvent facilement être intégrés dans l'alimentation des larves et des insectes sans nécessiter de gros besoins en nourriture et en eau. 

Du point de vue économique, les insectes possèdent un taux de conversion très performant.

D'après Samir Mezdour, chercheur en sciences des aliments à AgroParisTech : "pour 10 kilos de matière organique ingérée, les insectes vont produire 8 à 9 kilos de protéine contre seulement 2 ou 3 kilos pour les bœufs".

 

2. Contribuer à limiter les importations

 

L'Europe est un grand importateur d’aliments et les difficultés d'approvisionnement et de livraisons causées par la pandémie de Covid 19 ont révélé la nécessité de rendre notre agriculture plus autosuffisante.

Produire des protéines en Europe permettrait de limiter ces importations.

 

3. Favoriser l'autonomie alimentaire

 

Pour répondre à ce besoin d'autonomie alimentaire vis-à-vis des importations de protéines végétales, les insectes peuvent être produits localement sur le territoire Européen.

L'Europe est d'ailleurs à l'avant-garde en matière de production de farines d'insectes grâce à une filière bien organisée, un vivier d'entreprises et de startups très innovantes et des infrastructures adaptées.

 

4. Devenir compétitif face au soja

 

Malgré la hausse des prix des derniers mois, le soja reste plus abordable que les farines d'insectes qui sont en moyenne 3 fois plus chères.

L'ouverture des nouveaux marchés, en particulier celui de la volaille, devrait augmenter la production d'insectes en Europe et améliorer sa compétitivité.

 

5. Fournir les éléments nutritifs nécessaires

 

Le soja est reconnu pour fournir un bon équilibre en acide aminé nécessaire au bon développement des poulets. 

De leur côté, les insectes ne sont pas en reste puisqu'ils possèdent un taux de protéine de très bonne qualité, bien supérieur au soja (allant de 35 à 77% à sec).

Ils contiennent tous les acides aminés essentiels et sont riches en fibres, en fer, en lipides, en minéraux et en vitamine D.

 

6. Garantir la sécurité alimentaire

 

Face aux craintes de voir ressurgir un scandale alimentaire comme celui de la vache folle, dans une interview donnée à RTL en octobre 2020, le chercheur Samir Mezdour se voulait rassurant et précisait que "la distance génétique entre l'homme et l'insecte est beaucoup plus éloignée que la distance entre la vache et l'homme. D'après les recherches qui ont été menées, le risque d'une transmission d'une maladie de l'insecte vers l'homme est très limité voire inexistant".

 

7. Être accepté par la société

 

Nous n'aborderons pas ici les insectes comme source d'alimentation pour les humains. Même s'ils sont une source naturellement riche en protéines et consommés de par le monde depuis la nuit des temps.

S'agissant de l'utilisation des farines dans l'alimentation des volailles, la filière est plutôt positive, car ils font naturellement partie de leur régime alimentaire.

 

 

#2 Les éleveurs de porcs et de volailles sont-ils prêts à nourrir leurs animaux avec des protéines d'insectes ?

 

Dilepix-proteins-insect-poultry

 

La FAO considère les insectes comme "une source de protéines alternatives prometteuse, tant pour leur faible impact environnemental que pour leur qualité nutritionnelle".

Face à cet engouement et profitant d'un contexte favorable, l'organisation prévoit une augmentation de 20% de la production d'insectes dans les cinq prochaines années.

 

1. Les insectes, une composante naturelle de l'alimentation des porcs et des volailles ?


Les insectes représentent une composante naturelle dans l'alimentation des "carnivores" (Chat, chiens, poissons, volailles et porcs) et sont riches en acides aminés les rendant hautement digestibles.

 

  • Du point de vue gustatif

    Les régimes alimentaires à base d'insectes sont préférés par les poules et poulets en raison de leur goût et leur valeur nutritive.


  • Du point de vue nutritif

    Une carence en protéines peut entraîner un phénomène de piquage chez les volailles. L'apport de protéines d'insectes limite significativement ce problème très fréquent dans les élevages de poules, poulets et canards.

 

 

2. Un contexte favorable au développement des protéines d'insectes

 

Comme nous l'avons vu précédemment, l’élevage d’insectes répond à de nombreux critères et peut (enfin) profiter d'un contexte favorable à son développement  :

 

L'insecte : une réponse aux attentes environnementales

  • Produire des insectes à un très faible impact environnemental,
  • Les insectes possèdent un taux de conversion de la biomasse en produits  comestibles supérieur à celui des animaux d’élevage
  • Ils valorisent les déchets alimentaires. "Environ 20% de la nourriture produite en Europe est jetée" et peut donc être revalorisée.


Un contexte économique favorable

  • Les insectes ont une excellente productivité et peuvent assurer le volume demandé
  • Ils peuvent limiter la dépendance de l'EU vis-à-vis des importations
  • Ils peuvent répondre à la demande mondiale en protéines animales en raison de l'augmentation de la population
  • L'entomoculture est une solution pour aider l'aquaculture, l'aviculture et la production porcine à s'émanciper du soja

 

Tous les éléments sont désormais réunis pour permettre au secteur de se développer ðŸ‘

 

👉 A la question, les producteurs sont-ils prêts à intégrer des farines d'insectes dans la ration des poulets et des porcs ? La réponse est oui !

Sous réserve que les protéines d'insectes  :

  • deviennent plus compétitives,
  • respectent leurs engagements en matière de préservation de l'environnement
  • procurent les éléments nutritifs essentiels au bon développement des animaux.

 

La filière européenne des producteurs de "volaille de chair" a d'ailleurs pleinement exprimé son avis favorable lors du webinair organisé par l'IPIFF suite à l'entrée en vigueur du règlement autorisant les PAP d'insectes. 

 


#3 Le marché de la protéine d'insectes à horizon 2030

 

Les marchés de la volaille et de l'aquaculture sont les plus enclins à recourir aux protéines d'insectes (dans une moindre mesure pour la filière porcine) ouvrant de nouvelles perspectives pour l'entomoculture.

Toujours selon l'IPIFF, dans les 10 années à venir, le secteur de l'insecte deviendra un maillon à part entière de la chaîne agri-food européenne :

  • Plus de 10 % du poisson consommé dans l'UE proviendra de fermes piscicoles qui utiliseront des protéines d'insectes dans leur alimentation

  • 1 œuf sur 4 consommé en Europe proviendra de poules pondeuses nourries aux insectes, tandis qu'une portion de viande de poulet sur 5 proviendra de poulets de chair nourris aux insectes.

  • 1 portion de viande porcine sur 100 sera issue de porcs nourris aux insectes


Dilepix-pig-feed-insects

 

1. Un marché qui devrait exploser

 

D'après la FAO, les productions agricoles vont devoir augmenter de +70% pour pouvoir répondre aux besoins grandissants de la population mondiale.

L'enjeu de la protéine tiendra un rôle central.

Nous avons d'ailleurs consacré un article sur le sujet où on vous explique comment l'élevage industriel d'insectes peut nourrir la population tout en contribuant au développement durable ?

Si les perspectives se confirment, la demande en protéines d'insectes devrait fortement augmenter dans les 5 ans à venir.

Actuellement, le marché européen représente quelques milliers de tonnes alors que les investissements représentent plus d'un milliard d'euros - ce chiffre devrait dépasser les 3 milliards d'euros d'ici 2025.

 

2. Un bon équipement de production pour répondre à la demande

 

Aujourd'hui, à l'exception de quelques très gros opérateurs capables de produire plusieurs milliers de tonnes, les fermes d'insectes sont en grande majorité des startups, des TPE ou PME dont le système de production n'est pas ou peu automatisé.

Si la filière souhaite devenir plus compétitive face aux protéines végétales et passer à l'échelle industrielle, les producteurs de Black Soldier Fly et de Ténébrion Molitor vont devoir automatiser leur système de production pour assurer les rendements nécessaires.

Cela passera forcément par un meilleur contrôle de la production et l'automatisation de certaines actions comme le comptage des larves et des adultes.

 

👉 Dilepix est la seule startup à développer des solutions pour accompagner les producteurs d'insectes dans l'automatisation de leur outil de production. 

 

Lors de son intervention au webinair "IA et automatisation de la production d'insectes" organisé par la Ferme Digitale, Alban Pobla a rappelé que les technologies comme l'intelligence artificielle sont les alliées des opérateurs humains lors du contrôle de la production. "Nous mettons à disposition des outils de mesures performants qui font gagner du temps et permettent à l'opérateur de s'affranchir de certaines tâches moins valorisantes. De cette manière, les opérateurs peuvent se consacrer à des tâches qui apportent une vraie valeur pour l'entreprise".

 

▶️ Replay "Intelligence artificielle et vision par ordinateur au service de l'automatisation de la production d'insectes"



Photo de

Articles de Aurelie Busnel

Marketing & communication manager, Aurélie évolue depuis de nombreuses années dans le secteur agricole, en particulier celui de l’élevage bovin. Sa vision globale, ses connaissances terrain et sa maîtrise des techniques d’Inbound marketing lui fournissent les armes nécessaires pour faire rayonner Dilepix au rang des startups reconnues et expertes en intelligence artificielle.

En savoir plus

Découvrir les possibilités apportées par l’Intelligence Artificielle & la vision par ordinateur

J'ai un projet

D'autres articles sur le sujet

Dilepix sélectionné pour le Tech Tour Future 22

Depuis presque 2 ans, pour accompagner notre montée en puissance, nous nous sommes engagés dans le parcours Tech Tour qui...

Huit bonnes raisons de participer à VetoTIC 2021

Le 18 novembre prochain, la 4e édition de VetoTIC sera organisée à Ploufragan (22). Le temps d'une matinée, venez découvrir...